Header
Accueil Structure Comités Information Activités Liens Nous contacter SECTION DES MEMBRES
> Manchettes précédentes
8156, boul. Saint-Michel
Montréal QC H1Z 3E2
514-527-4171
Sans frais
1-888-276-1244



Le 4 août 2015

Voie ferrée coin St-Pierre et Notre-Dame
(lignes 116, 123, 195, HLP et détours)

Consoeurs, confrères,

Si le chauffeur se voit dans l’obligation d’immobiliser son autobus sur la voie ferrée à cause du cycle du feu de circulation trop court, il y a un risque de non-respect du Code de sécurité routière (CSR).

À plusieurs reprises, le Syndicat a demandé à la STM de prendre position dans ce dossier, ce qu’elle refuse de faire.

Le Syndicat prend position et vous demande d’effectuer un déroutage en attendant la confirmation de nouvelles procédures nous permettant de respecter le CSR en tout temps.

Nous agirons pour protéger vos dossiers de conduite personnelle et professionnelle. Il est nécessaire que tout le monde appuie la directive suivante :

Il est maintenant défendu de franchir le passage à niveau du coin St-Pierre et Notre-Dame ( lignes : 116,123,195, HLP et détours ), et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Consultez vos représentants syndicaux pour connaître les modifications des trajets.

Renato Carlone
Président




COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour un service public de transport adapté :
le syndicat s’invite au CA de la STM

Montréal, le mercredi 8 juillet 2015 - Les représentants du Syndicat des chauffeurs d'autobus, opérateurs de métro et employés des services connexes au transport de la STM (SCFP-1983) ont été visibles au conseil d’administration de la STM où ils étaient pour rappeler l’importance de miser sur le service public en matière de transport adapté.

Depuis plus d’une décennie, les entreprises privées prennent de plus en plus de place dans le transport adapté et effectuent aujourd’hui plus de 87% des déplacements, représentant près de 50 millions de dollars de contrats. Alors que les chauffeurs du transport adapté assuraient 37% des déplacements au début des années 2000, ils en font aujourd’hui moins de 11%.

«Le Syndicat demande à la STM d’inverser la tendance et de donner une proportion plus grande du transport adapté à l’interne. Les travailleurs de la STM sont le mieux placé pour assurer la qualité de service et nous sommes prêts à travailler avec la STM pour continuer à le faire », a expliqué Renato Carlone, président du SCFP-1983.

Le Syndicat a aussi rappelé à la STM que le transport collectif et le transport adapté sont des services publics et qu’il serait regrettable d’y appliquer un modèle d’affaires.

« La rentabilité est certainement souhaitable, mais elle ne devrait pas l’être au détriment de la qualité du service public avec une clientèle ayant des besoins particuliers », a ajouté le président du Syndicat.

Les chauffeurs du transport adapté à la STM reçoivent une formation complète de trois semaines avant de pouvoir offrir le service aux usagers. En sous-traitant le transport adapté au profit de l’industrie du taxi, la STM abaisse la qualité du service et les conditions de travail des travailleurs du transport adapté, sans parler des impacts sur la santé et la sécurité des usagers, ce que le syndicat déplore.

Le syndicat milite, de plus, au près du ministère du Transport afin qu’un financement adéquat soit assuré par le gouvernement du Québec pour le transport adapté.

« Le Syndicat demande au gouvernement et à la direction de la STM de faire profiter aux usagers du transport adapté de l’expertise de ses travailleurs » a conclu Daniel Leroux, vice-président du SCFP-1983.

 Cliquez ici pour consultez le communiqué sur le site du SCFP Québec.


Samedi le 27 juin dernier, avait lieu la toute première édition de la fête familiale du 1983. Adjacent au site du Complexe Aquatique du parc Jean-Drapeau, le terrain utilisé a reçu plus de 335 personnes sous une température radieuse. Sculpture de ballons, maquillage, jeux gonflables et d’adresse, comptoir à bonbons et distribution de barbe à papa étaient du lot. Des boîtes à lunch santé furent distribuées à tous les participants qui ont pu profiter aussi de prix de présence pour les enfants et les adultes. Soulignons également la présence du Réchaud-Bus qui a distribué hot-dogs et « grilled cheese » à toute la marmaille.

Nous tenons à remercier tous les intervenants bénévoles qui ont fait de cette journée, une réussite et une activité réjouissante, pour tous les membres du 1983. Bien entendu, nous tenons à remercier tout spécialement, Mme Carole Romanesky, pour l’organisation de cette fête. Nous pouvons d’ailleurs vous confirmer qu’il y aura une autre édition de cette fête l’été prochain.

UN ÉNORME MERCI À VOUS, LES MEMBRES, QUI SE SONT INSCRITS SI NOMBREUX À CETTE PREMIÈRE ÉDITION. INCITEZ VOS COLLÈGUES À VOUS ACCOMPAGNER L’ANNÉE PROCHAINE; PLUS ON EST DE FOUS, PLUS ON RIT !!!



Le 20 mai 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Jeudi, le 28 mai 2015

Le Rizz,
6630, rue Jarry Est, Montréal

10h00 ET 19h00

ORDRE DU JOUR

  1. Ouverture
  2. Appel des officiers
  3. Adoption de l'ordre du jour
  4. Rapport du président:
    • Dépôt des propositions d'amendements aux statuts pour septembre 2015;
    • Comité condition féminine;
    • Fête familiale du 27 juin;
  5. Rapport des syndics;
  6. Autres sujets;
  7. Clôture de l'assemblée

Le 13 mai 2015

INFO-CONGRÈS

Toute la semaine du 4 mai, a eu lieu la rencontre du secteur et le congrès du SCFP-Québec. Vous y étiez représentés par une délégation de 12 représentants syndicaux, officiers et directeurs. Voici un résumé des quelques activités.

SECTEUR TRANSPORT TERRESTRE

Lundi le 4 mai a été réservé pour notre rencontre de secteur. Chaque secteur s’est réuni pour discuter des enjeux qui les touchent et pour élire leur vice-président au bureau du SCFP-Québec et leurs directeurs au conseil général. Daniel Leroux, vice-président de notre section locale a été élu au poste de vice-président au bureau du SCFP-Québec. Martin Gagnon de la section locale 2850 (Montréal) a été élu comme directeur représentant des employés de bureaux du secteur et Guy Germain, section locale 4115 (Trois-Rivières) comme directeur pour représenter les régions. Tous ces postes ont été comblés par acclamation. Daniel saura assumer avec dévouement et convictions ses nouvelles responsabilités, nous lui donnons tout notre appui et sommes convaincus que cette fonction nous permettra de faire avancer les enjeux du secteur du transport terrestre en y apportant notre expérience et notre expertise.

RÉSOLUTION D’URGENCE

Nous avons pu faire adopter une résolution d’urgence par le congrès sur le projet de Loi 38 mercredi le 6 mai. Ce projet de loi vise à permettre à la Caisse de dépôt et placements du Québec de prendre le contrôle des nouvelles infrastructures de transport collectif. Il s’agit ni plus ni moins que d’une façon détournée de privatiser le transport collectif. La résolution demandait au SCFP-Québec de s’opposer publiquement à ce projet de loi. Le lendemain de l’adoption de cette résolution, la FTQ devait déposer son mémoire en commission parlementaire, mémoire qui donnait son appui au projet de loi. Grâce à l’intervention de Daniel Leroux auprès de la présidente du SCFP-Québec, Lucie Levasseur, et de l’intervention de cette dernière auprès des dirigeants de la FTQ, le mémoire de la FTQ n’a pas été déposé le 7 mai. Le résultat de cette concertation du secteur et du SCFP-Québec est que le mémoire du CPSTT a été déposé en commission parlementaire le 12 mai et nous y exposons nos arguments contre la privatisation du transport collectif. C’est Daniel Leroux, v.-p. du secteur et Pierre-Guy Sylvestre, conseiller syndical et économiste, qui sont allés en commission parlementaire pour expliquer notre point de vue.

COMITÉ TRIANGLE ROSE

 La journée du 6 mai nous a permis de constater, encore une fois, à quel point la contribution de la directrice syndicale de Mont-Royal, Line Blackburn, est importante afin de faire tomber les préjugés et la discrimination. En plus du rapport du comité triangle rose, une conférence durant l’heure du lunch nous a permis de comprendre la réalité des transgenres et de poser toutes nos questions afin d’être bien outillés pour accompagner ces personnes et leurs collègues lors d’un changement de sexe. Le comité triangle rose vise à promouvoir l’égalité des LGBTTI (lesbiennes, gais, bisexuelles, transgenres, transsexuelles et intersexuées) et Line Blackburn en est la présidente au SCFP-Québec et est coprésidente du comité au SCFP National.

 MANIFESTATIONS

 Le jeudi 7 mai, tous les délégués au congrès ont profité de l’ajournement du midi pour faire entendre haut et fort leur attachement à la Société Radio-Canada et dénoncer les coupures que le gouvernement Harper lui impose. Nous nous sommes réunis bruyamment devant la SRC de Québec. Puis, comme nous avions été mis au parfum de la visite de Couillard au Hilton tout près du Centre des Congrès de Québec, nous sommes allés déranger son allocution aux gens d’affaires de Québec. Toutes les occasions sont bonnes.
Plus tard dans la journée du 7 mai, la ministre du Patrimoine a annoncé que la vente au privé de la Maison Radio-Canada était suspendue. Enfin un pas de recul du gouvernement! La pression que nous maintenons depuis plusieurs mois commence à porter fruit!

CONFÉRENCES

Bien entendu, les travaux du congrès vont bien au-delà de ces manifestations et conférences. Voici en bref quelques conférences desquelles nous avons appris. Gabriel Nadeau-Dubois nous a fait part des raisons qui, selon lui, font en sorte que les jeunes s’impliquent moins syndicalement que les générations précédentes. L’épouse de Raif Badawi, Ensaf Haidar a fait un touchant plaidoyer en faveur de la liberté d’expression et de l’importance de ne pas laisser cette liberté s’amenuiser. Boucar Diouf, toujours aussi émouvant, nous a rappelé à quel point nous avons tout en commun et à quel point nous devons être solidaires devant les combats que nous avons à mener devant l’austérité.

EN TERMINANT

À la fin du congrès, Lucie Levasseur a de nouveau reçu la confiance de la délégation puisqu’elle a été élue sans opposition à la présidence du SCFP-Québec. Quant à Denis Bolduc, son mandat a aussi été reconduit sans opposition à titre de secrétaire général du SCFP-Québec.
Les congressistes ont aussi amassé des fonds pour venir en aide aux 450 employés de garage (secteur de l’automobile) syndiqués du Saguenay-Lac-Saint-Jean en lock-out depuis plus de deux ans.

 Pour plus d’informations sur le congrès cliquez ici.

Renato Carlone
Président


Le 7 mai 2015

L'ACCESSIBILITÉ OUI !
MAIS À QUEL PRIX ?

Malgré ce que notre employeur a dit le 6 mai dans le journal 24H :

  • Nous, qui sommes au volant des autobus et sur le terrain, savons que l’agenouillement de l’autobus est la façon la plus sécuritaire et confortable pour faciliter l’embarquement des clients utilisant une aide à la mobilité comme une canne, une marchette ou un déambulateur;

  • Nous, chauffeurs, avons l’honnêteté de mettre en garde la clientèle sur des retards et des ralentissements à prévoir avec cette directive dont le seul mérite est de redorer l’image de la STM;

  • Nous, savons qu’une fois que la rampe est déployée, il y a des risques. Ce n’est pas pour rien qu’à chaque fois que cette manœuvre est exécutée, les clients à l’intérieur comme à l’extérieur de l’autobus doivent être vigilants et attentifs.

  • Nous, contrairement au conseil d’administration (C.A.), vivons la réalité. Les temps sur les lignes sont déjà irréalistes. En y ajoutant une directive aussi irréfléchie, qui paiera la note? Monsieur Schnobb? Bien sûr que NON. Le C.A.? Non plus. Les « boss »? J’en doute;

  • Encore une fois, les moins respectés et les plus productifs de la STM paieront la note… Nous!!!

Nous voyons bien que nous n’avons pas tout le soutien nécessaire pour diminuer le potentiel d’agressions. Au contraire, cette directive ne peut que les faire augmenter. Nous sommes bien seuls à nous défendre contre des décisions politiques. La réalité n’est pas celle de M. Schnobb, soyons solidaires avec les décisions de l’exécutif, car nos décisions, contrairement à celles de l’employeur, ne sont pas guidées par des motifs politiques. Nos décisions s’appuient sur notre réalité quotidienne.

TOUT INCIDENT OU ALTERCATION EN LIEN AVEC LE DÉPLOIEMENT DE LA RAMPE DOIT ÊTRE DOCUMENTÉ ET RAPPORTÉ À VOTRE ÉQUIPE SYNDICALE.

Renato Carlone
Président



Le 30 mars 2015

IL N'EN EST PLUS QUESTION !

NOUS RÉITÉRONS CES FAITS :

Un C-O NE PEUT PAS déplacer votre véhicule sauf en cas d’urgence !

Si un c-o le fait, faites un RAI et remettez-en une copie à votre équipe syndicale divisionnaire.

Un C-O N’A PAS LE DROIT d’exiger que vous alliez travailler sur autre chose que votre assignation.

Lorsqu’un C-O vous demande ça et que vous acceptez, vous vous tirez dans le pied !!!

La STM remplit les « trous » laissés par leurs horaires irréalistes en en créant d’autres. Ce sont tous vos confrères et toutes vos consoeurs en arrière de vous sur le circuit que vous abandonnez ! Aussi, la STM n’ajoutera jamais du temps ou un voyage de plus (ou un renfort) si vous les dépannez en acceptant !

ILS SE SERVENT DE VOUS POUR ÉVITER :

  • De rajouter du temps ou des renforts;

  • De balancer leurs horaires intelligemment;

  • De faire face à la réalité des membres qui sont dans l’impossibilité de suivre leurs horaires irréalisables.

RENDRE SERVICE À LA STM ET SES C-O NE LES EMPÊCHERA
PAS DE VOUS GÉRER LORSQU’ILS LE DÉCIDERONT !

RESPECTONS-NOUS !!!

Renato Carlone
Président


Le 8 mars 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Mercredi, le 18 mars 2015

Buffet le Crystal,
5285, boul Henri-Bourassa Ouest, Montréal

10h00 ET 19h30

ORDRE DU JOUR

  1. Ouverture
  2. Appel des officiers
  3. Autres sujets
  4. Adoption de l'ordre du jour
  5. Rapport du président:
    • Mise à jour Loi 15;
    • Mise à jour loi S221;
  6. Rapport de l'agente d'affaires:
    • Vêtements 2014
  7. Rapport du secrétaire général:
    • Présentation et adoption du bilan financier 2014
  8. Clôture de l'assemblée

Samedi 6 juin 2015

RÉSERVATIONS

Contactez
Tom Mouhteros

514-527-4171




cliquez ici ou sur l'image pour plus de détails...


 Manque d'autobus de la STM sur
les routes de la métropole?
Écoutez la réaction de Renato Carlone président de la section locale 1983 - CA-OM-SC au micro de Dutrizac sur les ondes du 98,5 FM le 23 février 2015.

 Manque de véhicules à la STM

Les chauffeurs d’autobus
dénoncent la mauvaise gestion

Les chauffeurs d’autobus de la Société de transport de Montréal (STM) en ont assez d’écoper pour la mauvaise planification de leur employeur quant à ses véhicules. En effet, le Syndicat des chauffeurs d’autobus, opérateurs de métro et services connexes (CA-OM-SC), affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-1983), dénonce l’attitude de la STM dans ce dossier et ses déclarations récentes à ce sujet.

En entrevue au 98,5 FM le 19 février dernier, Marvin Rotrand, vice-président du conseil d’administration de la STM, a affirmé qu’il n’y avait pas de problème avec l’état de la flotte d’autobus à Montréal et que les quelques bus manquants sur l’ensemble du réseau étaient dus aux conditions hivernales. Or, selon le syndicat, le manque de véhicules est beaucoup plus important et découle directement des choix de gestion de l’employeur.

« On fait face à un manque récurrent d’autobus parce que la STM gère mal ses véhicules. Depuis trois ans, la Société ne remplace plus les mécaniciens qui partent à la retraite et le personnel d’entretien travaille d’arrache-pied en temps supplémentaire pour palier, mais ce n’est pas suffisant », explique Renato Carlone, président du SCFP 1983.

« Résultat : des passages n’ont pas lieu sur de nombreux circuits, ce qui laisse les usagers en colère, avec raison », dénonce M. Carlone. Il s’agit des fameux autobus-fantômes, qui affectent par leur absence la fréquence de passage sur un circuit donné ; par exemple, un circuit qui annonce des passages à l’arrêt aux 20 minutes risque fort de ne voir le bus passer qu’aux 40 minutes. « La solution actuelle de la STM semble être de dégarnir une ligne de bus de quelques véhicules pour régler le problème sur une autre ligne… C’est un non-sens! », ajoute M. Carlone.

« Nous sommes solidaires des usagers et conscients des frustrations qu’ils vivent au quotidien. Nous leur demandons toutefois de ne pas s’en prendre aux chauffeurs d’autobus, qui n’ont rien à voir avec ce déplorable état de faits, et les encourageons à adresser leurs reproches directement auprès de la seule responsable : la STM », conclut M. Carlone.

Source: SCFP Québec - Cliquez ici pour consulter la nouvelle sur le site du SCFP Québec


 Projet de loi S-221

Le Code criminel sera modifié pour mieux
protéger les chauffeurs des sociétés de transport

Le plus grand regroupement de travailleurs dans le transport en commun au Québec applaudit l'adoption à l'unanimité de la motion de troisième lecture du projet de loi S-221 à la Chambre des communes.

La nouvelle loi modifiera le Code criminel afin de mieux protéger les chauffeurs d’autobus des sociétés de transport public Une fois en application, les tribunaux devront considérer comme circonstance aggravante pour la détermination de la peine le fait qu’une victime de voies de fait soit le conducteur d’un véhicule de transport en commun.

«C’est une grande victoire pour tous les chauffeurs des sociétés partout au pays. Une société qui valorise le transport collectif doit aussi s'assurer que les employés puissent travailler en toute sécurité. Nous applaudissons les députés qui ont rendu l’amendement possible», a déclaré Richard Ouimet, président du Conseil provincial du secteur du transport terrestre (CPSTT) du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Même son de cloche au syndicat représentant les chauffeurs d’autobus de la Société de transport de Montréal (STM) qui, depuis avril 2013, a redoublé la pression sur les politiciens. En effet, une agression qui a eu lieu le 24 avril 2013 a galvanisé les employés du transport collectif de Montréal. Ce soir-là, un chauffeur d’autobus a été gravement blessé lorsque trois assaillants l’ont attaqué sauvagement. L’incident en question a été grandement médiatisé puisque l’agression avait été filmée.

«Ce projet de loi était une priorité pour tous les chauffeurs. Nous avons recueilli des milliers de signatures de citoyens réclamant cette loi et nous avons financé une campagne de sensibilisation auprès du public. C’est simple : personne ne doit perdre sa vie à vouloir la gagner», de conclure Renato Carlone, président du syndicat représentant les chauffeurs d’autobus de la STM (SCFP 1983).

Source: SCFP Québec - Cliquez ici pour consulter la nouvelle sur le site du SCFP Québec


Le 16 février 2015

 Mise à jour: Loi 15 (PL3)

Consoeurs, confrères,

Depuis plusieurs mois, nous démontrons notre opposition au PL3 au gouvernement. Ce projet de loi a été adopté, il s’agit de la Loi 15.

Une façon de nous opposer à l’adoption de cette loi était de nous rendre visible par le port de vêtements civils et du t-shirt libre négo.

Une équipe d’avocats du SCFP travaille à la contestation juridique de la Loi 15 et nous offrons notre collaboration afin de faire invalider cette loi. En conférence de presse le 28 janvier dernier, le SCFP a annoncé que la contestation venait d’être déposée en Cour supérieure du Québec. Nous sommes convaincus que cette loi porte atteinte à la liberté d’association et de négociation prévue dans les Chartes canadienne et québécoise.

Les syndicats du Conseil provincial du secteur du transport terrestre (CPSTT), dont nous faisons partie, ont pris la position de reprendre l’uniforme au travail à partir du 23 février. Le port des vêtements civils comme moyen de visibilité, de même que toutes les actions politiques, comme les manifestations, auxquelles nous avons participé ont obligé le gouvernement à apporter des amendements au projet de loi initial. Ces amendements nous forcent à modifier moins de dispositions à notre régime de retraite que le projet de loi initial déposé en juin. Toutefois, le résultat est le même : nos droits fondamentaux sont bafoués.

Dans le contexte politique provincial et municipal actuel, tout nous porte à croire que nous devrons démontrer à nouveau notre solidarité, et ce, avant longtemps…

Revêtons nos uniformes, en attendant les prochaines actions et restons à l’affût des mots d’ordre qui suivront quant aux dossiers en cours.

LE RÉGIME DE RETRAITE

L’évaluation actuarielle au 31 décembre 2013 nous a été présentée et a été déposée à la Régie des rentes du Québec. Le ratio de capitalisation de notre régime de retraite est supérieur à 100%.

C’est donc dire que nous avons le droit de reporter la « négociation » des dispositions prévues dans la Loi 15 concernant notre régime de retraite.

Avant d’être en mesure de vous confirmer que nous reportons la «négociation» de notre régime de retraite, nous souhaitons finaliser nos validations techniques. Nous sommes en attente de réponses de la Régie des rentes du Québec sur certaines questions et nous sommes régulièrement en contact avec notre actuaire syndical. Notre objectif est de réduire, autant que possible, les coûts pour les membres du syndicat et de minimiser les impacts sur notre régime de retraite.

Lors de l’assemblée générale de mars, nous serons en mesure de vous indiquer si le report de la «négociation» est la meilleure option pour nous. N’oubliez pas qu’il est possible de participer à cette assemblée en AM ou en PM.

Solidairement,

Renato Carlone
Président


Suite au décès d'un usager...
 Les opérateurs de métro n'ont pas à porter
 secours sur les quais, dit la STM
Écoutez la réaction de Renato Carlone président de la section locale 1983 - CA-OM-SC au micro de Dutrizac sur les ondes du 98,5 FM le 10 février 2015.

Suite au décès d'un usager...
 Les opérateurs de métro n'ont pas à porter
secours sur les quais, dit la STM
Les conducteurs de métro ont pour mot d'ordre clair de ne pas porter secours aux blessés sur les quais du métro et de continuer à assurer le service si rien n'obstrue les rails, a confirmé hier la Société de transport de Montréal (STM)...  Lire la suite sur La Presse.

Visionnez les séances du CA de la STM à distance

 


Le 14 janvier 2015

 

Bulletin informatif des syndicats regroupés de la STM

Congédiement du DG Carl Desrosiers
Pas une commande politique ? Bullshit !

Le 17 décembre dernier, M. Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM, annonçait le congédiement du directeur général, M. Carl Desrosiers. Il expliquait cette décision par une révision de fond en comble du plan stratégique de la STM des prochaines années, pour donner un nouveau souffle à l’entreprise. À la suite de cette annonce, le 19 décembre des représentants des six exécutifs syndicaux ont convenu d’unir leurs voix pour commenter cette nouvelle.

À nos yeux et aux yeux des observateurs politiques, c’est une prise de contrôle de la STM par la Ville de Montréal pour des raisons partisanes et idéologiques. On sait que c’est une commande politique.

Le choix du nouveau DG est-il déjà fait ?

"Flusher" 30 ans d’expérience, c’est "flusher" l’expertise. On va remplacer l’ancien DG par qui? Un ex-journaliste? Un politicien qui a perdu son élection? Une personne qui veut des poubelles dans le métro? Un ami du parti ? Quelqu’un de l’interne? On verra…

Quand on peut congédier de façon aussi cavalière un DG, on peut se demander ce que l’avenir réserve aux employés de la STM.

C’est un congédiement questionnable.

Depuis l’arrivée du maire Coderre, rien ne va plus à la STM : manque à gagner de plusieurs millions de dollars, coupures dans le service aux usagers, hausse de tarifs plus importante que l’inflation, coupures dans le personnel et on en passe.

Depuis 2008, la STM s’est démarquée dans plusieurs domaines, notamment en remportant plusieurs prix remis par des associations internationales ou locales (par exemple : des prix pour sa performance, sa productivité et son marketing).

Avant d’être remercié, M. Desrosiers nous expliquait dans son blog, que Standard and Poor’s, une référence dans le domaine, a accordé l’excellente cote de crédit A+. Un exploit, compte tenu du contexte financier. Moody’s a également renouvelé cet automne la cote de Aa2 en tenant compte seulement de la performance de la STM et de la capacité de payer. Standard and Poor’s et Moody’s octroient une excellente cote de aa- et A2, respectivement.

Après ça on se fait dire que ce n’est pas de la politique… BULLSHIT!

Nous allons surveiller le processus de nomination du successeur de M. Desrosiers à la direction de la STM et s’il y a lieu, nous dénoncerons toute nomination partisane. Nous surveillerons également l’attitude de M. Schnobb envers les employés qui depuis plusieurs années ont fait de la STM ce qu’elle est aujourd’hui, une entreprise de renommée mondiale.

En terminant, nous tenons à souhaiter bonne chance au prochain directeur général ou directrice générale, les défis ne manqueront pas. Peut-être que cette personne se fera remercier à son tour, si elle n’est pas dans l’équipe du maire ou si elle ne répond pas favorablement à toute demande de M. Schnobb, aussi farfelue soit-elle.

Coderre, on va te surveiller !


Emplois de changeurs à la STM...

Cliquez ici pour visionner le reportage de ICI Radio-Canada intitulé "Révolution pour les changeurs du métro de Montréal".

> Manchettes précédentes
sans titre 1
Accueil  |  Structure  |  Comités |  Contacts